14/05/2009

L'habitat traditionnel en pays de Caux (Seine-Maritime)

En pays de Caux , l'habitat traditionnel est essentiellement composé de maisons à pans de bois (colombages), torchis et toit de chaume.  Le Soubassement est souvent composé de silex.

Le toit de chaume est surmonté d'Iris .  Ceux-ci ne sont pas là pour la décoration mais pour fixer la terre argileuse composant le faîte du toit.

_normandie_habitat_traditionnel

_normandie_habitat_traditionnel

Le coût d'entretient et la rareté de la main d'oeuvre qualifiée tendent à faire disparaître le chaume des toits, au profit de l'ardoise.  Celà n'enlève rien au charme champêtre des longères, auxquelles l'environnement de verdure sert d'écrin.

_normandie_habitat_traditionnel

Un grand nombre de ces chaumières ont été rénovées et modernisées afin de devenir de véritables maisons d'habitation, offrant à la fois tout le confort moderne et le charme des demeures d'autrefois.

_normandie_habitat_traditionnel

Au vu de certaines de ces maisons, nous comprenons que c'est l'habitat qui s'adapte à l'environnement et à la nature et non l'inverse.  Les poutres taillées dans des troncs ne sont pas droites, alors, la maison présentera des courbures... d'un charme très... sensuel.

_normandie_habitat_traditionnel

A l'époque, le passage d'une pièce à l'autre se faisait par l'extérieur (sans doute dans un souci de gain d'espace).  Voilà pourquoi ces maisons ont toujours un nombre de portes surprenant.  L'accès à l'étage (à usage de grenier), se faisait également par un escalier (ou une échelle) extérieur. 

De nos jours, ces particularités permettent, nottament d'aménager des chambres d'hôtes avec un accès indépendant.  D'autres propriétaires ont condamné les portes excédentaires et ont aménagé des couloirs pour circuler par l'intérieur.

_normandie_habitat_traditionnel

Ce qui me frappe toujours, c'est le côté coquet de ces maisons, malgré que le pan de bois + torchis demande, selon la sagesse populaire, autant de soins et de travaux que l'entretient d'un bateau en bois.

_normandie_habitat_traditionnel

En normandie aussi, les fleurs sont omniprésentes, et pas seulement sur le toit des chaumières.

Ci-dessus, la mairie de Mesnil-Durdent, centre du "Jardin des Amouhoques", point de départ d'un circuit nature nous présentant les "mauvaises herbes" locales. 

* Mauvaise herbe est écrit entre guillemets car celles ci ont souvent des vertus médicinales, culinaires, etc...  le jardinier devrait les appeler "herbes nons désirées", d'autant que certaines d'entre elles sont très décoratives.

%%%%